L’iode

Les animaux d’élevage sont supplémentés en iode afin d’assurer à la population un apport convenable, alors qu’il est si simple d’obtenir directement le nutriment !

 

L’iode est un élément marin qui a longtemps manqué aux populations éloignées des côtes. Pour remédier à la carence en iode, les pays développés enrichissent le sel de table en iode et supplémentent l’alimentation des animaux d’élevage pour enrichir les produits animaux (viande, lait…).

Mais à quoi sert donc ce nutriment indispensable à l’organisme, et où en trouver lorsqu’on est vegan ?

Le saviez-vous ?

L’iode est, avec le fer, le nutriment dont la carence est la plus fréquente dans le monde.

Apports satisfaisants en iode selon l'âge

Âge (ans)Apport satisfaisant (µg/j)
1–380
4–690
7–9120
10 et +150
Femmes enceintes200 (France), 250 (OMS)
Femmes allaitantes200 (France), 290 (OMS)

Apports satisfaisants en iode selon l’âge

Source : ANSES, 2013

Où trouver de l’iode ?

La prise d’un complément est une solution simple pour assurer un apport adéquat en iode. Un comprimé de VEG1 couvre par exemple 100% de nos besoins journaliers (un demi comprimé est suffisant pour les enfants).

En France les animaux d’élevage sont massivement supplémentés en iode et, de ce fait, la plupart des personnes ont un apport suffisant avec le lait, la viande et les poissons qu’ils consomment (AFSSA, 2005 et ANSES, 2013). Avant cette supplémentation des animaux, les populations vivant éloignées des côtes maritimes étaient très largement carencées en iode.

Quant au sel iodé, en France, il est tout simplement… insuffisamment iodé ! Sa consommation représente certes un apport en iode, mais qui ne couvre pas nos besoins en iode. Il est évidemment déconseillé d’augmenter sa consommation de sel dans l’espoir d’avoir plus d’iode. La diminution de l’iode dans le sel a d’ailleurs été décidée suite à l’augmentation de la teneur en iode dans le lait, du fait de la désinfection des pis des vaches et du matériel de traite avec des produits iodés.

Les algues, et plus particulièrement le kombu, peuvent constituer une bonne source d’iode, mais difficile à mesurer. Les algues constituent d’ailleurs les premières sources d’iode en Corée et au Japon, où leur consommation est courante. Les amateurs de cuisine asiatique connaissent d’ailleurs probablement les algues nori, avec lesquelles sont faites les makis, et les algues wakame parfois servies en entrées.  

L’apport peut cependant même être trop important si on consomme vraiment beaucoup certaines algues : en manger deux fois par semaine suffit généralement pour couvrir les besoins en iode.

EspèceNoms courantsTeneur en iode (en µg/g de matière sèche)
Laminaria digitataKelp, kombu, laminaire, Tali2020-7454
Laminaria saccharinaKombu royal, Laminaire sucrée2789-5277
Fucus vesiculosusGoémon noir240-728
Undaria pinnatifidaOuessane, wakamé118-347
Himanthalia elongataHaricot ou spaghetti de mer90-168
Palmaria palmataDulse40-541
Porphyra umbilicalisNori67-188
Ulva spLaitue de mer, ulve10-131

Teneur en iode des algues alimentaires

Source : AFSSA 2005, p. 48.

Quels sont les besoins en iode ?

L’apport en iode doit être d’un niveau adéquat, car des effets négatifs sur la santé sont avérés en cas de carence et soupçonnés en cas d’apport exagéré.

Il vaut ainsi mieux ne pas dépasser la limite supérieure de sécurité qui a été fixée par l’OMS à 1100 µg d’iode par jour.

En France, l’apport est jugé satisfaisant à partir du moment où il est de 150 µg d’iode par jour.

Âge (ans)Apport satisfaisant (µg/j)
1–380
4–690
7–9120
10 et +150
Femmes enceintes200 (France), 250 (OMS)
Femmes allaitantes200 (France), 290 (OMS)

Apports satisfaisants en iode selon l'âge

Source : ANSES, 2013

À quoi sert l’iode ?

Indispensable à l’organisme, l’iode sert au bon fonctionnement de la thyroïde, dont les hormones régulent entre autres la croissance, l’entretien du squelette, la température corporelle, le fonctionnement rénal… L’iode semblerait également nécessaire à la santé des seins (Patrick, 2008), des glandes salivaires et de l’estomac (Venturi et Venturi, 2009).

Les adultes sévèrement carencés en iode peuvent souffrir de goitre et d’une production insuffisante d’hormones thyroïdienne, tandis qu’une carence même modérée peut provoquer chez les jeunes enfants un retard mental appelé “crétinisme” (Zimmermann, 2009).

Qui a besoin de prendre de l’iode ?

En France, la supplémentation n’est pas pensée pour les vegans puisqu’elle passe actuellement essentiellement par les produits animaux. Si vous êtes vegan et que vous ne consommez pas régulièrement des algues, la supplémentation reste la solution la plus pratique et la plus sûre.
L’apport en iode doit être particulièrement assuré pour les femmes enceintes et les enfants.

Ce qu’il faut retenir

L’iode est un oligo élément indispensable à l’organisme, dont le rôle et même l’importance sont souvent méconnus puisque, en France, l’apport est assuré par les produits animaux via la supplémentation de ces derniers. Les vegans doivent donc s’assurer d’une source correcte en iode. Si la supplémentation est une manière simple de le faire, la consommation d’algues est également possible et permet en plus de retrouver agréablement les saveurs marines.

Pour aller plus loin

Références scientifiques

Partager :
Inscrivez-vous au Veggie Challenge

21 jours pour découvrir l'alimentation végétale

En vous inscrivant au Veggie Challenge, vous recevrez chaque matin, pendant 21 jours, une lettre d’info dans votre boîte mail et bénéficierez de conseils pratiques, d’astuces et de recettes. Alors, vous êtes prêt(e) à vous engager dans un challenge qui aura un impact positif sur votre santé, les animaux et la planète ?

Le Veggie Challenge, qu'est-ce que c'est ?