Lettre d'info
Fermer

Recevez des recettes et des infos nutrition !

Le Veggie Challenge, qu'est-ce-que c'est ?

Les alternatives au duvet

Tout léger, le duvet est pourtant bien lourd de souffrances. Que cache sa production ?
Coquijac
Le saviez-vous ?
Les oies et les canards sont des oiseaux très sociables et fidèles.

Contrairement à une idée tenace, le duvet n’est jamais ramassé au sol, mais il est le plus souvent bel et bien arraché sur des oies vivantes. S’il est pris sur des oiseaux morts, cela signifie qu’ils ont été exploités et tués pour produire de la viande et du duvet, voire du foie gras.

Heureusement, de nouvelles matières remplacent aujourd’hui sans problème le duvet, et peuvent même être plus performantes.

Association Quatre Pattes

Le plumage à vif

Selon l’association PeTA, 80 % du duvet et des plumes produits dans le monde et utilisés pour la fabrication d’articles comme des doudounes, des sacs de couchage et des articles de literie viennent de Chine, où les oies sont plumées à vif. Le plumage à vif constitue en effet la méthode standard dans les principaux pays producteurs : Chine, Hongrie et Pologne.

L’association Vier Pfoten (Quatre Pattes) révèle qu’au cours de leur brève existence, les oies sont plumées 2 à 4 fois à la main. Comme ce travail est payé à la “pièce”, il faut aller le plus vite possible : en l’espace de 5 heures, un ouvrier plume environ 3 000 animaux. Terrorisés, les oies se tordent de douleur, et il est fréquent que la violence de l’arrachage provoque des blessures ouvertes qui ne sont pas soignées, ou parfois immédiatement et simplement recousues à vif. Il n’est pas rare qu’après le plumage à vif des oiseaux meurent dans une lente agonie. Les survivants souffrent du froid pour que nous ayons bien chaud, puis, une fois leur duvet repoussé, subissent à nouveau l’enfer du plumage.

Les oiseaux sont plumés pour la première fois lorsqu’ils ont seulement 10 semaines. Une oie produit seulement 60 grammes de micro-plumes et de duvet, or l’un des élevages visité par PeTA produit 15 tonnes de duvet d’oie par an, ce qui représente 250 000 plumages à vif par an : que de souffrances, simplement pour rembourrer des vêtements, des oreillers et des sacs de couchages…

Le duvet récolté sur des oiseaux morts

Certaines marques certifient que le duvet est récolté au sol, par exemple lors de la mue des oiseaux, ou assurent que le duvet est pris sur des oiseaux morts (il s’agit bien sûr d’animaux tués). Mais le manque de transparence sur la production de duvet fait que ces déclarations sont à prendre avec prudence, d’autant plus que ces techniques sont moins rentables et que le ramassage au sol n’est en réalité pas pratiqué. Il est de plus impossible de différencier le duvet provenant d’un animal vivant ou mort, et les deux sortes de duvet sont souvent mélangées. L’association Vier Pfoten indique que, après enquête, Ikea a dû retirer l’indication « duvet recueilli uniquement sur des animaux morts » et que le label allemand TÜV n’est pas fiable.

De toute façon, les oiseaux qui fournissent le duvet sont par ailleurs élevés pour leur chair. Contrairement au duvet d’oies, celui de canard ne provient pas de plumage à vif, mais il peut par contre provenir d’oiseaux ayant enduré le supplice du gavage, car il constitue une manne intéressante pour les producteurs de foie gras. Même lorsque le duvet est certifié ne pas provenir d’oiseaux gavés, ces derniers sont de toute façon exploités et tués : la seule façon d’être sûr qu’aucun animal n’a souffert est de ne pas acheter de duvet.

Xhowardlee

Être bien au chaud, sans cruauté !

Aujourd’hui, de nouvelles matières sont techniquement très performantes, douillettes et chaudes. Hydrophobes et adaptés aux personnes allergiques, les produits synthétiques ne sont en plus pas nécessairement plus nocifs pour l’environnement, car les produits peuvent être recyclés et sont très durables. Ces matières sans cruauté remplacent sans problème le duvet dans tous ces usages. Leurs propriétés dépassent parfois même celles du duvet : les unités spéciales dans l’armée et la plupart des sportifs de l’extrême ont d’ailleurs renoncé au duvet.

D’excellentes alternatives au duvet sont par exemple le kapok (une fibre végétale issue d’un arbre tropical, le kapokier) et le Thermoball.

Certaines entreprises, comme Save the Ducks, sont spécialisés dans la fabrication de doudounes sans duvet.