Lettre d'info
Fermer

Recevez des recettes et des infos nutrition !

Le Veggie Challenge, qu'est-ce-que c'est ?

Bibliographie et rédaction

Des études scientifiques fiables pour une information de qualité.
En savoir plus
Pour comprendre sur quelles études Vegan Pratique s'appuie.

La rédaction des informations nutritionnelles de Vegan Pratique repose sur plusieurs types de références :

  • Des études publiées dans des journaux scientifiques à correction par des pairs.
  • Des rapports des instances publiques nationales, européennes ou mondiales. Il est à noter que ces rapports sont également rédigés en fonction des études.
  • Les recommandations d’institutions et professionnels de santé à forte renommée.

Informations générales

La bibliographie a été réalisée de manière classique à l’aide des bases de données PubMed, Scopus, ScienceDirect et Google Scholar pour les références anglophones.

Les références francophones ont été obtenues via le Catalogue et index des sites médicaux en langue française, ou CISMeF, du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Rouen, ainsi que leur nouveau portail Littérature Scientifique en Santé, ou LiSSa.

Les informations sur les traitements médicaux ont été obtenues via la base de données Thériaque, diffusée par le Centre National Hospitalier d’Information sur les Médicaments.

Les données de nutrition ont été obtenues auprès de la table de composition nutritionnelle CIQUAL 2013, du fichier canadien sur les éléments nutritifs (FCEN), de la base de données du ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) ou de la base de données sur les index glycémiques de l’Université de Sydney.

Traitement de la bibliographie

Une fois la littérature scientifique en main, celle-ci a été estimée suivant des critères de pertinence afin d’éviter un maximum de biais fréquemment rencontrés.

  • Quelle est la méthodologie de l’étude ?

Pour des raisons évidentes, les données mesurées (taux sanguins, etc.) sont préférables à des données estimées.

Les études longitudinales et transversales sont complémentaires. Les unes permettent d’apprécier une tendance sur le long terme, et les autres donnent une information au temps précis de l’étude.

Les études de cas sont des informations précieuses pour la culture des personnels de santé  afin de parvenir plus rapidement aux diagnostics, mais elles sont moins pertinentes quand il s’agit de les appliquer à une population globale car un seul patient avec des symptômes bien précis ne saurait représenter tout un groupe.

  • L’étude est-elle fondée sur des humains ou des animaux ?

On trouve assez souvent des articles de médias ou autres argumentant la toxicité de tel ou tel aliment ou composant en se basant sur des tests sur animaux. Ces résultats sont à prendre avec réalisme : que l’aliment étudié est bel et bien toxique … pour l’espèce animale qui a été étudiée.

De plus, il n’est pas très cohérent de se baser sur de telles études toutes récentes qu’elles soient, car il n’est de plus pas garanti du tout qu’elles trouvent écho en nutrition humaine.

  • Sur quel groupe se base l’étude ?

Ce point est très peu souvent abordé. Afin d’éliminer au maximum les effets des causes annexes sur la santé, les sujets d’une étude devraient, en théorie, ne pas fumer, ne pas boire, etc. C’est le cas par exemple pour les Adventistes du septième jour aux États-Unis qui sont souvent pris comme sujets d’étude.

De ce fait, les résultats de ces études doivent être nuancés dans un cadre de vie global car ils sont forcément atténués pour les personnes ayant des habitudes de vie différentes.

  • Est-ce que le résultat de l’étude apporte une information sur la nutrition végane ?

La présence d’un groupe de sujets vegans séparé de celui des végétariens et des sujets consommant des produits animaux permet de mieux quantifier l’impact de l’absence totale de ces produits dans l’alimentation sur la question étudiée.

  • Est-ce que le résultat de l’étude concerne les vegans, les végétariens, ou bien tout le monde ?

Un biais souvent rencontré est de reprocher à une alimentation 100% végétale des risques en s’appuyant sur des études ne faisant pourtant pas une seule fois mention des alimentations végétariennes. Cela signifie bien évidemment que le résultat concerne au contraire tout le monde, indépendamment du régime alimentaire.

Ces cas où les vegans ne sont ni plus à risques, ni plus protégés que tout un chacun ont été détaillés dans les fiches adéquates.

Rappelons qu’aucune alimentation, peu importe qu’il y ait ou non des produits animaux, ne protège des carences si elle n’est pas équilibrée.

  • Quelles sont les limites et libertés de la transposition d’études réalisées dans d’autres pays d’Europe ou ailleurs dans le monde ?

Les données provenant de l’étranger sont à nuancer dans un contexte français, pour les habitudes globales de vie (sédentarité, etc.) ou pour la présence des produits disponibles sur le marché.

Par exemple : la présence d’aliments enrichis en vitamine B12 sur le marché est pour l’instant plus faible en France que dans le monde anglo-saxon.

Exemples d’études incontournables

La littérature scientifique est vaste dans tous les domaines, mais certaines études ont eu un impact important pour établir la faisabilité d’une alimentation végane.

Nous avons choisi de vous les présenter brièvement ici.

→ AND 2009 (ADA)
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19562864

L’American Dietetic Association (ADA), renommée Academy of Nutrition and Dietetics en 2012, est une association regroupant plus de 72 000 professionnels de santé spécialisés en nutrition. Elle étudie depuis bientôt une trentaine d’années toutes les alimentations dans la littérature scientifique de manière périodique et s’est donc également penchée sur les alimentations végétariennes et végétaliennes.

Nutriment après nutriment, elle décrit l’état des connaissances et démontre que s’alimenter sans aucun produit animal est adapté à tous les âges de la vie avec une organisation minimale.

L’APSARes a réalisé une traduction de cette étude.
http://www.alimentation-responsable.com/position-ADA-2009

→ EPIC-Oxford 2007
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17299475

L’European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition a été entamée en 1992, et 500 000 personnes de toute l’Europe y ont participé sur plus de 10 ans. Ceci a donné lieu à toute une série de publications.

Cette cohorte a été particulièrement intéressante, car un groupe vegan a été pris en compte en tant que tel, dans un contexte européen. Elle a pu confirmer que les besoins en calcium ne changent pas quelle que soit l’alimentation et qu’un apport en calcium en dessous d’une limite basse pouvait augmenter le risque de fractures.

→ Revues sur la santé osseuse
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24898237
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24898231

La santé osseuse est un sujet extrêmement complexe. Ce n’est que récemment que Tucker et Mangels ont passé en revue dans deux articles différents les nutriments de la santé osseuse et leurs sources végétales.

→ Études sur les grossesses végétariennes/véganes
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2771551
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25600902

La grossesse de femmes végétariennes ou véganes et la croissance des enfants peuvent sembler inquiétants et inconnues. Pourtant, outre les références contenues dans le rapport de l’AND de 2009 (voir plus haut), dès 1989, l’étude Farm a étudié la croissance des enfants végétariens et ces derniers ont grandi normalement.

Plus récemment, une autre revue a conclu qu’à l’heure actuelle, malgré des résultats hétérogènes, l’alimentation végane durant la grossesse pouvait être considérée comme sûre, “du moment qu’une attention est portée aux apports en vitamines et en minéraux”, comme dans toute grossesse.